Conférence de Benoit Hazard, le 15 avril 2015

Le mercredi 15 avril 2015 de 15h30 à 17h30

« L’invention d’une eau moderne dans les territoires nomades du Nord Kenya »

par Benoit Hazard, anthropologue, CNRS-IIAC

Séminaire Doctoral « Eau & Sociétés » – année universitaire 2014-2015 – (ED 401) – Université Paris 8 Saint Denis

Sixième séance du séminaire doctoral “Eau & Sociétés”:

L’invention d’une eau moderne dans les territoires nomades du Nord Kenya une approche des frontières bio-culturelles des paysages pastoraux deszones arides

par Benoit Hazard, anthropologue 

(UMR IIAC, 81 77 CNRS EHESS)

Dans les terres arides et semi-arides du nord du Kenya, l’eau a longtemps été décrite comme une ressource rare, voire indisponible. Les récents discours sur la découverte d’une immense source aquifère profondedans la région du Turkana témoignent de la relation synonymique établie entre la rareté de l’eau et l’absence de la ressource pour les populations. Reprenant un discours colonial sur « l’arriération » des sociétés pastorales, cette relation expulse de la réflexion sur l’eau les organisations sociales fortement dépendantes des ressources naturelles. Cette présentation interroge la récente invention d’une «eau moderne» (Linton 2010) dans le nord du Kenya. Elle questionne les idées reçues sur la gestion de l’eau dans une situation de stress et décrit les pratiques de conservation des ressources hydriques par les éleveurs nomades. À partir de la cartographie gabra des points d’eau, on propose de décrire comment l’eau a façonné les frontières des territoires Gabra/Rendille/Dasanech et ce que les Gabra imaginent comme leur territoire dans le «système en déséquilibre» du désert du Chalbi. En m’appuyant sur quelques niches socio écologiques spécifiques situées sur la partie orientale du désert de Chalbi, je suggère que ces «lieux d’eau» fournissent un ancrage pour comprendre comment les sociétés du passé, comme celles du présent, se sont adaptées aux changements socio-écologiques. Bien que de nombreuses communautés pastorales soient en situation de transition vers l’agro-pastoralisme, l’agriculture sédentaire, le travail salarié et le commerce, en partie en réponse à la récente décimation des troupeaux pastoraux par la sécheresse, les mêmes «lieux d’eau» restent importants dans la délimitation des territoires du Nord du Kenya, leurs frontières et leurs paysages.

 Le séminaire aura lieu à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en Salle D 328

le mercredi 15 avril 2015, de 15h30 à 17h30

AFFICHE séminaire doctoral EAU & SOCIETES_Benoit HAZARD 15.4.15 

Publicités

Les commentaires sont fermés.