Soutenance de Dario Salinas Palacio le 5/02/2016

Géopolitique de l’eau dans l’Espagne des autonomies : Enjeux et rivalités de pouvoirs pour la région de Murcie

Dario Salinas Palacios a soutenu sa thèse de géopolitique le vendredi 5 février 2016 à l’Université Paris 8.

Le  jury fut composé de :

Barbara Loyer, rofesseur à l’Institut Français de Géopolitique (Université de Paris VIII), Directrice de thèse
María José Cervell Hortal, Professeur à l’Université de Murcie, Co-Directrice de thèse
Frédéric Lasserre, Professeur à l’Université de Laval
Pierre Blanc, Maître de conférences HDR Sciences Agro et Sciences Po Bordeaux, Ingénieur en chef des Ponts, des eaux et des Forêts (IPEF)
Jose María Serrano Mártinez, Professeur à l’Université de Murcie
Leandro del Moral Ituarte, Professeur à l’Université de Séville.

Résumé : La récente approbation en 2014 du plan de gestion du district hydrographique du basin Tage établit par la Directive Cadre sur l’eau en 2009 fut bloqué dans sa majorité par des tensions entre plusieurs communautés autonomes (régions) espagnoles autour la mise en place d’un débit minimum pour atteindre le bon état écologique des eaux en 2015. Ces rivalités de pouvoirs territoriales sont influencées par l’avenir du transfert Tage-Segura, symbole de la politique hydraulique espagnole et du développement agricole et touristique du sud-est espagnol. A leur part, le caractère international du Bassin du Tage entraîne l’accomplissement des engagements établis lors de la signature de la Convention de l’Albufera en 1998 entre l’Espagne et le Portugal. Le modèle territorial décentralisé, les choix économiques, la sècheresse, et l’omniprésence politique des discours identitaires accentuent en Espagne la conviction selon laquelle il y aurait des « propriétaires » de l’eau. Les résultats des négociations dépendent de stratégies locales et de leur articulation au niveau national et européen, autant que de considérations écologiques.

Publicités

Les commentaires sont fermés.